Seul(s)

 

Seul(s) c’est l’histoire d’un mec.
Il ne sait pas fumer, bien qu’il aimerait. Il a un peu du mal avec elles, les filles. Il aime l’humour et il connaît plein de bonnes blagues. C’est surtout l’histoire d’un homme seul, qui a été aussi un enfant seul. Elle commence comme un one man show mais vite elle se prend les pieds dans le tapis de la folie et le voile d’apparente légèreté auquel il s’accroche se déchire pour nous laisser voir une réalité plus sombre. En déroulant le fil de sa vie, auquel il tresse quelques brins de fiction, Olivier Duverger Vaneck se livre dans un texte d’une grande poésie, s’ouvre comme un livre où l’on peut lire son histoire parfois drôle, mais souvent triste. Il nous raconte sa famille : une constellation de solitudes qui s’éclairent, parfois, un peu, les unes les autres, mais jamais n’entrent en collision. Et il se raconte lui : une petite étoile au milieu de tout ça, qui attend désespérément que quelqu’un remarque qu’elle brille.

“Je n’ai jamais réussi à ne pas être paralysé lorsque je raconte ma famille. Et pourtant, la raconter c’est l’accepter, vaincre le monstre et commencer sa révolution. Quand je disais aux gens que je voulais écrire un seul en en scène, ils me répondaient qu’ils me verraient bien écrire un truc politique. Je leur assurais alors que ce spectacle parle de la chose la plus politique et universelle qui soit : la famille, et, à travers ça, le besoin d’émancipation. Pour être précis, je dirais que Seul(s) est un spectacle de politique intérieure. Il sonde notre engagement personnel ; celui qui nous fait avancer. Faire sa révolution intime avant sa révolution historique. Sonder sa famille, ses racines, son héritage et par là, ses démons, ses failles et ses doutes. Rejeter ou accepter ses tares intérieures, et finalement, trouver sa poésie secrète, enfouie dans les méandres familiaux.”

Cie Chahuts

texte Olivier Duverger Vaneck
conception et mise en scène 
Alice Faure
avec Olivier Duverger Vaneck
voix additionnelle Marie-Christine Barrault
musique Stéphane Corbin
création lumière Romain Chevalier

avec le soutien de la Maison du Théâtre et de la Danse d’Epinay-sur-Seine (93), du Carreau du Temple (75), du Théâtre Transversal (84) et de la Scène Nationale Châteauvallon-Liberté (83).